Quelles plantes pour dormir ?

les plantes pour dormir


La sédentarité, l’inactivité physique, les écrans, le stress, l’angoisse du réveil matinal, les raisons ne manquent pas de mal dormir ou d’avoir du mal à trouver le sommeil. L’insomnie n’est pas considérée comme « le mal du siècle » pour rien. En France, une personne sur trois serait affectée par des troubles du sommeil, sous différentes formes : difficulté à s’endormir, réveils nocturnes fréquents voire, dans le pire des cas, nuits blanches. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSRM) révèle que 10 millions de Français consomment des somnifères, au moins occasionnellement. Il ne s’agit pas de leur jeter la pierre, en dernier recours il n’y a parfois pas le choix. Cependant, les hypnotiques ne sont pas sans dangers, et pas uniquement pour la dépendance à court terme qu’ils induisent ; consommés sur le long terme, ils augmentent le risque de maladies neurodégénératives, du type Alzheimer. Le problème, c’est que les insomnies chroniques aussi. Nous allons voir dans cet article comment utiliser les plantes pour dormir mieux.


Pourquoi utiliser des plantes pour mieux dormir ?


Se déprendre des somnifères lorsqu’on en a l’habitude n’est pas chose aisée, et les remplacer par des antihistaminiques n’est pas non plus une solution pérenne – la somnolence est quasi systématique, et les pertes de mémoire sont possibles aussi. D’une manière générale, les traitements de cheval sont à proscrire et leur usage témoigne d’un rythme de vie inadéquat. Aux habitués des somnifères, la phytothérapie peut prêter à sourire, comme si ses vertus sédatives ne convenaient qu’aux engourdis. Si dormir est bien entendu naturel et vital, s’endormir est un pensum lorsque les journées sont trop agitées. Il n’y a pas de miracle : les plantes ne viendront pas à bout des insomnies chroniques de ceux qui n’acceptent pas de modifier, ne serait-ce qu’à la marge, le rythme de leur existence. Quand les journées empêchent, en raison d’un travail accaparant, de faire de l’exercice ou de se détendre, il est important en soirée de doucement se préparer à la nuit. Aux raisons multiples des insomnies se déduisent aisément les conseils pour y remédier. A chacun de voir ce qu’il peut faire, en commençant par exemple par trouver un produit naturel pour le sommeil.


7 plantes qui favorisent le sommeil


Comment retrouver le sommeil par les plantes ? Ce qui ici nous intéresse, c’est de présenter sept plantes pour retrouver le sommeil, aujourd’hui reconnues pour favoriser l’endormissement et améliorer la qualité du sommeil.

La valériane officinale

Plante séculaire des régions tempérées d’Europe et d’Asie, la valériane a été affublée du surnom de « guérit-tout » à partir du Moyen Âge où on l’utilisait pour traiter des problèmes aussi divers que la toux, les lésions, les douleurs menstruelles ou les troubles de la vue. Ses propriétés sédatives étaient déjà connues des Grecs et des Romains et aujourd’hui, ce sont surtout pour ses propriétés que le rhizome de la valériane est, sous différentes formes (infusion ou comprimé), consommé. Si cette plante a aussi fait ses preuves contre l’arythmie cardiaque et, en diminuant la pression artérielle, contre les palpitations, son usage le plus répandu se rapporte à celui de plante pour dormir. La valériane contient des acides valéréniques, de la famille des sesquiterpènes, qui inhibent la recapture et stimulent la libération du GABA, un neurotransmetteur qui empêche l’activation prolongée des neurones. Par ailleurs, les extraits de valériane contiennent aussi de la glutamine, un des précurseurs du GABA, et interagissent également avec les récepteurs sérotoninergiques, aidant à la régulation du cycle circadien.

La mélisse

On retrouve cette plante de l’Asie Mineure à l’Europe. La bénédictine et mystique Hildegarde de Bingen écrit au XIIe siècle un ouvrage où la phytothérapie occupe une place de choix. Elle y recommande la mélisse pour ses qualités fortifiantes du cœur et de la rate et pour apporter joie et gaieté. Le célèbre médecin Paracelse, au XVIe siècle, gratifiait la mélisse des mêmes bienfaits. Traditionnellement, la mélisse a été consommée pour soulager les troubles intestinaux, ses propriétés antispasmodiques aidant à la digestion. Elle a aussi la réputation d’être antimicrobienne, antivirale et antiparasitaire. Ses effets sédatifs et apaisants, plutôt légers, sont décuplés lorsqu’on l’associe à la valériane, à tel point que leur synergie produirait des effets hypnotiques proches de certains somnifères, faisant de cette association un traitement du sommeil par les plantes.

Le tilleul

Arbre principalement européen, ce ne sont pas pour ses feuilles mais bien pour ses fleurs que le tilleul est utilisé en pharmacologie. Les fleurs renferment des tanins, des acides phénols, de nombreux flavonoïdes et du farnésol, une molécule agoniste des récepteurs gabaergiques 5-HT3, ceux sur lesquels se fixent aussi les benzodiazépines, composés psychotropes connus pour leurs actions anxiolytique et hypnotique. Les fleurs du tilleul sont donc recommandées pour faciliter l’endormissement et pour dormir de manière apaisée.

La passiflore officinale

Plantes grimpantes poussant sous les latitudes chaudes, les passiflores doivent leur nom à leur fleur qui, dans l’imaginaire chrétien des botanistes qui découvraient les plantes du Nouveau Monde, rappelle la passion du Christ. La passiflore officinale, ou passiflora incarnata, originaire du sud-est des Etats-Unis et du Mexique où elle pousse à l’état sauvage, se cultive maintenant aussi en Inde pour des raisons ornementales et médicinales. D’abord ont été découvertes ses propriétés analgésiques ; ensuite ses propriétés sédatives et anxiolytiques. A la manière du tilleul, les flavonoïdes de cette passiflore entrent en compétition avec le GABA au niveau des récepteurs gabaergiques ; ceux qui se trouvent en plus grand nombre, les flavonoïdes vitexine et isovitexine, ont un effet relaxant. Prise en infusion ou sous forme séchée, la passiflore officinale aidera autant à s’endormir qu’à lutter contre la nervosité et l’anxiété, faisant d’elle une candidate idéale parmi les plantes favorisant le sommeil.

La lavande

Plante typique de Provence dont les cultures se sont étendues en Europe de l’Est, l’usage médicinale de la lavande est presque aussi ancien que son adoption pour la parfumerie. Cicatrisant pour Hildegarde de Bingen, la forte concentration en alcools terpéniques de la lavande (principalement du linalol, mais aussi géraniol, limonène et coumarine) lui assure, sous la forme d’huile essentielle, de nombreuses propriétés – pour n’en citer que quelques-unes : décontractant musculaire, antalgique, vasodilatatrice, anti-infectieuse ou antiparasitaire et, bien sûr, sédative et anxiolytique. La lavande est efficace contre l’anxiété et l’agitation en agissant sur les mêmes neurotransmetteurs que les benzodiazépines et, du coup, elle favorise et l’endormissement et le sommeil réparateur.

L’aubépine

Arbuste commun à l’Europe, l’Afrique du Nord et l’Asie mineure, les usages médicinaux de l’aubépine sont nombreux mais diffèrent cependant selon que l’on traite la feuille ou la fleur. Si ses feuilles sont cardioanaleptiques (ou cardiotoniques, qui stimulent le cœur) et régulent la circulation sanguine, ses fleurs sont utilisées pour faire baisser la tension artérielle, en plus d’être antispasmodiques et sédatives. Ce sont surtout ses effets conjugués sur le cœur et le sang qui lui confèrent ses propriétés apaisantes, justifiant ainsi son utilisation pour trouver le sommeil.

La verveine officinale

Plante séculaire cultivée partout dans le monde, la verveine officinale est à distinguer de la verveine odorante, conseillée médicalement en cas de mal de ventre. La verveine officinale est un antinévralgique réputé pour apaiser les tensions nerveuses en plus d’être légèrement sédative et antidépressive. Contre le stress qui complique les phases d’endormissement, elle est toute recommandée comme traitement contre les troubles du sommeil.



Pour beaucoup d’entre nous, trouver le sommeil n’est pas une mince affaire : stress, surcharge mentale, tension nerveuse ou angoisse, des plantes peuvent apporter une solution, à condition de les prendre quotidiennement. En cas d’insomnie ponctuelle, boire une verveine n’agira au mieux qu’en placebo. Neuralia a mis au point NSP06, un nutraceutique neuroprotecteur à base d’extraits de romarin et de verveine officinale qui facilite l’endormissement et améliore la qualité du sommeil.

Partager

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER

régime MIND : les aliments
NUTRITION

Le régime MIND

Souvent le problème d’un régime, c’est soit qu’on l’abandonne avant d’atteindre le but qu’on s’était fixé, soit qu’une fois le

Lire plus
Panier

Connexion

Pas encore de compte ?

Commencez à taper pour voir les publications que vous recherchez.
Wishlist
0 items Panier
My account